Comment choisir son parquet

Le parquet, ou plancher, est un élément de revêtement pour le sol dont le parement est en principe le bois. Il doit avoir une épaisseur minimale de 2,5 millimètres. Il peut être immobilisé (cloué ou collé) ou prendre la forme d’un parquet flottant sur un support.

Au-delà de sa fonction basique de revêtement, le parquet peut être utilisé comme un complément d’isolation phonique, et son aspect fait partie intégrante du décor de la pièce dans laquelle il prend place. Cette technique de revêtement du sol remonte aussi loin dans le temps que le carrelage, mais son entretien est relativement plus facile. De plus, à la différence du carrelage, l’option de poser un parquet s’accompagne de choix délicats.

En effet, il y a différents types de parquets et diverses variétés d’essence de bois. De plus, pour choisir le bon parquet dans chaque situation, il est également important de prendre en compte l’endroit où il sera posé, son taux de fréquentation et le climat.

 

Les différents types de parquets

Voici comment choisir le bon type de parquet et le bon bois.Le classement des parquets n’est pas universel. On rencontre beaucoup de classements divers de parquets mais nous retiendrons le plus couramment utilisé. Selon celui-ci, il y a trois catégories distinctes de parquets :

  • Le parquet massif ;
  • Le parquet contrecollé ;
  • Et le parquet stratifié.

 

Le parquet massif

Le plancher massif est un ensemble constitué de pièces de bois manufacturées. C’est le plus classique et le plus résistant des parquets. Il peut d’ailleurs facilement être utilisé pendant plus d’un siècle ! Les lames de bois constituant ce parquet sont issues de la même de la planche de bois. Ces lames de bois, à parements doux et d’épaisseur régulière, seront assemblées avec d’autres constituants similaires pour former le parquet parfait.

Le parquet massif présente la caractéristique de s’adapter à la température ambiante : il se dilate ou se contracte en fonction de celle-ci. C’est justement dans son homogénéité que réside le secret de sa résistance et de sa longévité.

Si vous choisissez ce type de parquet, voici comment poser du parquet massif.

 

Le parquet contrecollé

C’est un ensemble de parements fixé lui-même sur un support fait de plusieurs couches de bois ou de dérivés de bois.

Le parquet contrecollé est généralement composé de trois couches de bois. La première couche, d’une épaisseur moyenne de 2,5 millimètres, est celle que l’on perçoit et qui donne au parquet son aspect. Elle est donc faite de l’essence de bois que vous avez choisie. C’est ce qu’on appelle la « couche d’usure », et c’est cette couche qui est poncée lors de l’entretien ou du nettoyage de votre parquet. Les deux autres couches sont fabriquées en panneaux dérivés de bois, soit des contreplaqués soit des particules. Parfois, une couche supplémentaire est ajoutée en contre-parement. Celle-ci est souvent faite en placage de bois.

Le parquet contrecollé est conseillé pour les maisons ou pièces ayant un chauffage par le sol. De plus, notez que sa technique de pose est gage d’un parquet silencieux.

 

Le parquet stratifié

Si le parquet massif et le contrecollé sont faits à base d’essence naturelle, le stratifié relève d’une autre réalité, plus humaine et moderne : c’est une imitation aboutie des deux premiers.

Il est constitué de trois couches. La première couche est la couche visible, dont l’aspect et la couleur sont une imitation de bois sur papier. Cette imitation est d’ailleurs tellement réussie que cela prête à confusion ! En effet, de nos jours, les divers motifs intégrés rendent le parquet stratifié de plus en plus réaliste. Ensuite, cette imitation est recouverte d’une couche de résine pour lui donner le même aspect luisant que le bois. Enfin, le tout est posé sur un support aggloméré ou médium.

Gardez à l’esprit que le stratifié est le parquet le moins résistant et, surtout, qu’il ne se rénove pas.

 

Le classement d’usage : la norme UPEC

Maintenant que nous avons présenté les différentes natures et couleurs de parquet, nous allons nous intéresser à l’autre aspect incontournable dans le choix de votre parquet : la nature et les caractéristiques de la pièce dans laquelle il est destiné à être posé. Dans ce domaine, le parquet est alors soumis aux mêmes normes UPEC que le carrelage.

Mais la norme UPEC, c’est quoi ? C’est un classement français qui permet de répertorier les locaux et les revêtements de sol en fonction des contraintes d’usage auxquelles ils sont soumis. Voici ce que son nom signifie :

  • U = Usure due aux effets de la marche (résistance à l’abrasion)
  • P = Poinçonnement dû au mobilier fixe ou mobile (résistance mécanique)
  • E = Eau (Présence d’eau accidentelle et régulière)
  • C = Chimiques (attaques d’agents chimiques)

Ces critères sont souvent accompagnés d’indices notant leurs performances. Ainsi, plus l’indice est élevé, plus le revêtement s’accommode de son usage.

 

Comment choisir le bon parquet ?

Il est recommandé de choisir votre parquet en tenant compte du rapport entre la qualité du bois et la pièce expliqué dans la norme UPEC.

Pour vous aider à faire le bon choix, voici les types de bois à éviter et ceux à préférer dans chaque endroit de votre maison.

 

Le parquet à poser à l’extérieur ou dans la salle de bain

L’extérieur de votre maison est un lieu ouvert aux intempéries. Nous vous déconseillons donc de poser des parquets à essence de bois tendre comme l’acajou, le sapin ou le tauari. Ces bois résistent très peu aux variations climatiques et d’usage de l’extérieur. De même, certaines essences dures, mi-dures ou très dures comme le bouleau, le noyer, le châtaignier, l’olivier ou le palissandre des Indes sont également à éviter.

Par contre, il existe des essences de bois très communes et non moins esthétiques qui sont adaptées à ces lieux. Vous pouvez opter pour le bambou, l’acacia ou encore le teck, qui sont imputrescibles et résistent à l’eau.

 

Le parquet à poser dans le couloir

Le couloir est un lieu de passage sans égal dans une maison, ce qui rend le risque d’abrasion très élevé. Pour les couloirs, optez donc pour des essences dures ou très dures comme le chêne, le frêne ou le Wengé. Rien ne vous empêche d’utiliser d’autres types de bois, mais vous prendrez alors le risque de voir votre parquet s’user rapidement.

 

Le parquet à poser dans les autres pièces

Les pièces comme le salon, la cuisine ou la chambre sont relativement moins exigeantes. Elles accueillent toutes les essences sans grandes difficultés.

Toutefois, ne négligez pas le bois destiné à la cuisine. C’est une pièce assez particulière, et nous vous conseillons donc un bois à usage universel comme le teck.

 

Pour plus de conseils, vous pouvez suivre cette vidéo Youtube, qui vous en dira plus sur les questions à se poser avant de mettre du parquet.

Une fois votre parquet choisi et posé, voici plusieurs liens qui vous aideront à aller plus loin dans la finition et l’entretien de votre parquet :

Share Button
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *